Japon II: Naoshima, Benesse House, Kyoto – De l’ultramoderne (attention, découverte) à la tradition

31 08 2010

 

« Un film Japonais s’articule généralement autour d’un conflit cornélien doublé d’une évasion impossible et panaché par un secret qui expliquerait tout mais qu’on ne peut trahir sous aucun prétexte etc. » R. Colasse.

Et oui, le Japon c’est toujours surprenant, souvent un peu torturé, dur à comprendre, mystérieux, paradoxal voire nimportenaouak. Un exemple: dans les villes il y a des zones non-fumeurs un peu partout. Alors que les restaurants sont souvent fumeurs. Conclusion: pour fumer, au lieu de sortir, on peut rentrer. Rentrer à l’intérieur fumer. Au passage, si l’on se risque à fumer dehors dans une zone non-fumeurs -ce qui ne viendrait jamais à l’idée d’un japonais, même le plus déviant- un policier s’approche de vous, s’excuse de vous déranger et vous tend une petite boîte en métal -un cendrier portatif- dans lequel il vous invite poliment et avec un sourire à écraser votre cigarette. 

Le Japon c’est policé à tous les sens du terme mais surtout au sens de civilisé, éduqué, poli, raffiné.

 

 Nous prenons une voiture de loc à Hiroshima et commençons notre périple autour de la mer intérieure du Japon. Et là il n’y a plus de gaijin (blanc) mais alors plus du tout. Et le GPS est tout en kanji, ce qui sera source d’un peu

Lire le reste de cette entrée »





Thaïlande (re): de loin pas la partie la plus désagréable du voyage

3 05 2010

Nous, la Thaïlande, on adore donc on en a repris un coup.

Après le Cambodge, Aung San Su Kyi ayant dit que les touristes y étaient bienvenus, nous voulions aller/retourner en Birmanie (Myanmar) et en Inde et nous avions même pris le visa birman à Phnom Penh. Mais la saison a eu raison de ces vélléités : après un mois de températures entre 35 et 39°, la perspective de faire encore mieux avec 40-42 et înterdits de visites entre 11 et 16h n’était pas très attrayante. Comme en plus il y a eu un petit coup de fatigue, nous avons décidé de retourner en Thaïlande, dans le Sud cette fois, dans la baie entre Krabi et Phuket.

Dont acte et nous partons pour Koh Lanta. Un coup de 3h de taxi recordman du kitsch (tout le coté gauche était devenu un angle mort pour le conducteur, vu la quantité de bestioles volantes accrochées devant le pare-brise)

et nous voilà à l’hôtel. Choisi moins pour sa plage ou ses qualités intrinsèques que pour son coté ‘family resort’ où les filles étaient sûres de rencontrer des cops. Ce qui fût fait sans coup férir.

Lire le reste de cette entrée »





Vietnam/Thaïlande: Vive le vent d’hiver, l’Asie reste magique, la nouvelle cité des anges, Khun Kham et Thong Peth les éléphants

16 03 2010
Au Vietnam, on a pris quelques vacances. (L’ironie de cette phrase ne nous a pas complètement échappée).
10 jours au bord de la plage à Mui Ne, à 3 heures de Saigon, sans aller voir un seul temple ou un seul marché.  On a profité de la présence des parents de Caroline : Papa a fait du kite – Mui Ne est LE spot de kitesurf en Asie. Autre avantage, il y fait très souvent beau – et maman a profité de la présence de ses parents pour ne pas être avec les enfants 24/7. Et pour les voir.  Et c’était très cool. Inutile de dire que du VietNam on aura eu le visa mais on n’aura pas vu le pays. Par choix et par souvenir un peu mitigé de nos quelques pérégrinations avec Christophe il y a 20 ans. En revanche maintenant il y a de la bière froide et non tièdasse. Papa a fait des sauts dingues. Il pense qu’ils faisaient 10 mètres de haut (big air) alors qu’ils ne dépassaient pas 2 mètres (small air) mais il est content.
 
Il a aussi pris pas mal de « boîtes » comme il dit.




Polynésie I: Tahiti, Moorea et Bora Bora. Luxe, beauté et volupté.

10 02 2010

En Polynésie, même les billets sont beaux

Le Polynésien est tatoué. La Polynésienne aussi. Dans de telles proportions qu’il est pratiquement impossible de trouver un Polynésien non-tatoué. Et que, une fois trouvé, on se dit immédiatement que ses tatouages sont situés sur une zone ‘couverte’. Bref, ‘si t’es pas tatoué t’es pas Polynésien’. Comme ils et elles ont aussi tendance à être très costauds voire obèses, il n’y a pas de photo de tatouages dans notre appareil. Si tu lis ceci et que tu es polynésien, en métropole, obèse veut dire la même chose que puissant. Pour la petite histoire et la note culturelle, les meilleurs tatoueurs sont sensés venir des Iles Marquises, à 2500 kms au Nord-Est.

Nous arrivons à Papeete le soir par le vol Santiago-Papeete qui nous a récupérés à l’île de Pâques en chemin. Nous sommes donc bien au milieu du Pacifique. Perso je connaissais Hawaii dans l’hémisphère Nord de cette partie du monde, plus près  du trash vortex,

http://en.wikipedia.org/wiki/Great_Pacific_Garbage_Patch

cette zone incroyable du globe, véritable poubelle du Pacifique,  où sous l’effet des vents et courants dominants, convergent une bonne part des détritus océaniques. Un vrai cauchemar écologique.

Mais nous en sommes loin ici. Réveillés à cinq heures par le décalage, premier bain dans la piscine de l’hôtel à Papeete au soleil levant et immédiatement on confirme que notre itinéraire ne nous conduisait pas en Polynésie pendant la meilleure saison. Il pleut… Comme tout le monde dit qu’il y plutôt moins à faire ou voir à Papeete que dans les autres îles et que ce n’est pas la saison pour aller voir la fantastique vague de Teahupoo, nous partons direct.  Bizarrement nous prenons un vol pour aller à Moorea, pourtant bien visible depuis notre fenêtre. L’option ferry est sans doute plus adaptée : le vol dure 7 minutes ! Mais il y a un coté un peu folklo. Il y a seulement un pilote à bord, ce qui pousse une co-voyageuse à demander à l’enregistrement « qu’est-ce qui se passe si le pilote fait un malaise ? » Demande légitime que nous rationnalisons en nous disant qu’il se passe la même chose dans une voiture sur l’autoroute. Chances de survie sans doute diminuées quand même. Sauf si Chuck Norris est à bord.

Comme il est seul, c’est le pilote qui se colle à la procédure de sécurité avant le décollage. Il la fait depuis son fauteuil, en effectuant une rotation des épaules pour se retourner dans notre direction et poser la question magique : « Tout le monde est attaché ? »

Lire le reste de cette entrée »





Désert de l’Atacama: farmolto et plaisir de vivre

22 10 2009
Ciel d'orage sur l'Atacama. N'importe où ailleurs il aurait plu après.

Ciel d'orage sur l'Atacama. N'importe où ailleurs il aurait plu après.

bb lama

bb lama

Un autre coucher de soleil dans l'Atacama. Depuis combien de temps n'avais-je pas regardé le soleil se coucher?

Un autre coucher de soleil dans l'Atacama.

 

 

Puisque la frontière chilienne est une vingtaine de kms plus loin, nous passons une seule frontière dans le van de l’hôtel qui est venu nous chercher et commençons une courte descente qui nous fait passer de 4500m d’altitude à 2500m au Chili, dans le désert de l’Atacama, un des endroits les plus secs du monde (environ 2 cms de pluie par an.) En chemin, on passe à coté de l’ALMA project, le télescope le plus puissant du monde qui sera opérationnel en 2012. Cofinancé par les U.S., l’UE, le Japon et quelques autres, c’est un projet incroyable (vraiment, même les véhicules pour transporter les antennes sont sur-mesure et dingues. Si vous aimez Discovery channel, c’est ici http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:GHaFG1rZfXy7yM:http://www.nro.nao.ac.jp/alma/E/whatsnew/img/transport_group.jpg)

 

mis dans cette région qui a les cieux les plus dégagés du monde, une autre manière de dire qu’il y fait quasiment toujours beau et très sec donc peu de nuages qui bloqueraient la visibilité.

[L’hôtel Explora où nous sommes a d’ailleurs un très bon télescope. Malheureusement les nuages sont arrivés dans les deux dernières après-midi de notre séjour et donc notre leçon d’astronomie a été reportée puis remplacée par un cours avec aides visuelles qui m’a fasciné mais qui a rasé les filles de très près. Dommage pour la croix du Sud et Orion (las tres Marias)]

Passage de douane à San Pedro de Atacama donc, assez musclé avec fouille de tous les bagages, la Bolivie étant une des plaques tournantes des narcos et le Chili ne plaisantant pas du tout avec les importations de substances prohibées puis arrivée dans un EDRVM, moins pour le charme que pour tout ce que nous y avons fait. [NDLR Avec 10j de recul, c’était vraiment topissime]

Le ton est donné par le barbeque chicos du 1er soir: une grange semi-couverte, 2 moutons, un petit orchestre, du bon vin chilien, quelques danses et c’est parti. Lire le reste de cette entrée »





Chichen Itza, la ville blanche, EDRVM et self-downgrade pour terminer le Mexique

1 10 2009

Un matin à Chichen Itza

Un matin à Chichen Itza

Avant de partir de l’hôtel à Tulum, petites photos de Wapi,
P9250540

toujours wapi au Mexique

toujours wapi au Mexique

notre mascotte wapiti en peluche achetée au Canada et qu’on voulait photographier dans tous les pays. Mais à force de procrastiner, on a zappé les photos de Wapi au Canada…

Petite visite à Tulum par 35° et 95% d’humidité. A la limite de l’utilisation masque et tuba, comme dans un hammam trop chaud. Marrant comme quand on a froid, on a envie d’avoir chaud, quitte à avoir trop chaud et…Bref, visite d’1/2h, short and sweet mais c’est toujours très beau.

Tulum

Tulum

Et en plus il y a des iguanes, c’est-à-dire des attractions irrésistibles pour les filles absolument partout, ça passe mieux.

Lire le reste de cette entrée »





Baleines, endroit de rêve, lions de mer et la fin d’une malédiction 15.9.09

18 09 2009

 tdm09 200

tdm09 198

Ca y est, je ne suis plus un éternel maudit de la pêche. Après avoir réussi l’exploit de ne rien attraper dans des eaux parmi les plus poissonneuses du monde au large ou dans les bolons du Sénégal, à Maurice etc, le signe indien a été vaincu (de manière appropriée en pays indien Nun-chu-nulth, les premiers habitants de la région avant l’arrivée des blancs.) Hier après-midi, grâce aux conseils avisés de Kamina notre guide nun-chu-nulth nous avons pêché 3 saumons à la limite entre le fjord et l’océan.

 

tdm09 193Belle initiation pour les filles, notamment lorsque Kamina a assommé d’un bon coup de bûche les poissons sur le bâteau puis lorsqu’ils les a éventrés, décapités puis nettoyés avec des gestes experts.
tdm09 201

[Il nous a raconté avoir déjà passé 56h non-stop sans dormir au milieu d’un banc de poissons et avoir ramené à cette occasion avec sept membres de sa famille et amis pour 130 000$ de poisson] Et que la lumière de fin d’après-midi après la pluie était belle en rentrant en bateau.

tdm09 197

Sinon, il y aura des endroits un peu roots pendant le voyage mais ce n’est pas le cas ici, c’est rien de le dire: nous sommes simplement dans un endroit de rêve.

Eco-resort sous forme de campement en tentes deluxe,
http://www.eihr.com/clayoquot/Photos/galerie_fr.htm
staff ultra-attentionné et gentil sans être too much,
Et c’est pas tout